Dimanche 20 Avril 2014
Les 5 derniers articles
Les 5 derniers articles
Commentaires
Les 5 derniers commentaires
Des hits gratuits sur le Net !

On connaissait les mods, les maps et autres bonus liés à divers jeux sur le Net, désormais il est possible de télécharger des jeux complets et de très bonne qualité, en toute légalité sur le Web. Si un titre comme Steel Panthers World At War reste bien évidemment réservé aux passionnés de wargames Seconde Guerre Mondiale, des jeux comme America’s Army ou Ennemy Territories, une extension stand alone pour Return To Castle Wolfenstein sont de vrais FPS dignes de ceux que l’on trouve en boîte dans le commerce. Pour en profiter, il suffit de les télécharger !

De vrais jeux gratuits sur Internet

Internet est une source inépuisable d’infos et de fichiers en tous genres. Les joueurs le savent bien. Quelque soit votre domaine de prédilection, First Person Shooters, stratégie temps réel, simulateurs, etc. On trouve sur le Web des mises à jour, des skins, des mods, des cartes, de nouvelles unités, des éditeurs en tous genres, et bien d’autres fichiers ou utilitaires destinés à compléter ou améliorer vos jeux préférés. Le phénomène probablement le plus célèbre dans le genre reste Counterstrike un mod développé sur le moteur d’Half-Life qui est devenu encore plus célèbre que le jeu original. C’est actuellement le FPS le plus joué en ligne ou dans les LAN parties. Counterstrike est un jeu gratuit que l’on peut télécharger sur le Web, mais il ne fonctionne que si l’on possède à la base une version complète d’Half-Life. Il en va de même pour Day of Defeat un autre mod ayant pour thème la Seconde Guerre Mondiale.



Même si des éditeurs comme Vivendi ou Activision proposent à la vente des versions packagées de ces jeux, ils restent disponibles gratuitement sur le Net pour peu que vous possédiez une connexion qui vous permette de télécharger quelques centaines de mégaoctets. Bien sûr, ces titres ne sont jouables qu’en multijoueurs, ils ne proposent pas de partie solo. Mais il existe également des jeux complets que l’on peut télécharger. Il ne s’agit pas de petits jeux d’action ou de plateformes publicitaires ni même de sharewares, ce sont de vrais jeux vidéo. Le pionnier fut et demeure toujours Steel Panthers World At War, un wargame au tour par tour Seconde Guerre Mondiale, évolution ultime du célèbre titre de SSI.



Depuis un l’année dernière, il est aussi possible de télécharger et de jouer gratuitement à America’s Army. Il s’agit d’un FPS réaliste édité par l’US Army et jouable uniquement en réseau. La version 1.7 de ce titre est disponible depuis peu. Enfin, depuis une dizaine de jours, Activision propose gratuitement Ennemy Territories une extension multijoueurs de Return To Castle Wolfenstein, qui fonctionne sans le jeu original. L’éditeur ayant jugé que cette suite ne justifiait pas une sortie en magasin, on peut donc en profiter dans débourser un sou !

Ennemy Territories : la nouvelle version multijoueurs de Return To Castle Wolfenstein



Au départ, Ennemy Territories est un projet qui tient plus de l’usine à gaz que du simple jeu vidéo. Pas moins de trois développeurs planchaient sur ce nouvel épisode de Return To Castle Wolfenstein (RTCW pour les intimes). Rappelons pour info que deux studios ont travaillés sur le jeu original : l’un pour la partie solo et l’autre pour le multijoueurs. Résultat, RTCW regroupait deux jeux à part entière tant le gameplay était différent entre ces deux modes. Pour Ennemy Territories, cela n’a manifestement pas bien fonctionné et Activision a décidé de ne pas commercialiser le titre. L’éditeur a cependant gardé la partie multijoueurs du projet original développée par Splash Damage, une équipe bien connue des fans de Quake III, et le propose gratuitement en ligne aux joueurs (http://games.activision.com/games/wolfenstein/). Return To Castle Wolfenstein : Ennemy Territories est un stand alone de 257 Mo jouable uniquement en réseau. Le jeu apporte pas mal de nouveautés au mode multijoueurs déjà excellent de RTCW. Cela commence avec l’arrivée d’un nouveau type de personnage : le soldat infiltré (Covert Ops). Il s’agit d’un sniper qui utilise également des grenades fumigènes et des explosifs déclenchés à distance. Il peut aussi voler les vêtements d’un ennemi mort pour s’infiltrer derrières les lignes ennemies, mais sa couverture disparaît dès qu’il fait feu. Notez au passage que le Lieutenant est désormais appelé Field Ops.



L’autre grande nouveauté d’Ennemy Territories vient des personnages qui possèdent désormais cinq caractéristiques (Heavy Weapons, Light Weapons, Battle Sense, Engineer Skills et Medic Skills). Chacune d’entre elle peut-être améliorée selon cinq niveaux. Pour augmenter les compétences de son avatar, il faut rester en vie le plus possible et accomplir un maximum d’actions sur un champ de bataille. Par exemple un ingénieur qui construit ou répare beaucoup de choses le fait de plus en plus vite. Ennemy Territories propose six cartes de jeu, trois en Europe et trois en Afrique du nord. Ces cartes sont énormes, il faut un bon bout de temps pour les maîtriser. Certains scénarios consistent à accompagner et protéger des véhicules qui n’avancent que lorsqu’ils sont escortés. Cela ajoute une vraie dimension stratégique au jeu. Les ingénieurs jouent un rôle encore plus important. Selon les scénarios ils peuvent déminer le terrain, construire des miradors équipés de MG42, des ponts, des nids de mitrailleuses et réparent tout un tas d’objet y compris les tanks détruits. Ces derniers constituent d’ailleurs une des grandes nouveautés de cette édition multijoueurs de RTCW. Enfin Ennemy Territories regroupe trois modes de jeu. On peut choisir de jouer un seul scénario, d’enchaîner les parties (dans ce cas, les compétences des personnages sont remises à zéro entre chaque scénario) ou de jouer une sorte de mode Time Attack sous forme de matches aller et retour.

America’s Army : le jeu de l’US Army



America’s Army est un jeu développé par l’armée américaine et diffusé gratuitement sur le Net. Les experts en communication du Pentagone s’en servent Outre Atlantique pour susciter des vocations chez les jeunes joueurs et cela semble plutôt bien marcher ! Mais en dehors de cet aspect, America’s Army est un excellent FPS réaliste auquel tout le monde peut jouer. Il suffit pour cela de télécharger le jeu (387 Mo) et de se créer un soldat virtuel identifié par un login et un mot de passe sur le site officiel d’America’s Army (www.americasarmy.com). On peut également y télécharger des outils afin de créer et d’héberger son propre serveur. America’s Army est conçu sur le modèle de Counterstrike. Au cours des parties, deux équipes de joueurs s’affrontent selon des scénarios attaque/défense où il faut d’un côté remplir des objectifs et de l’autre empêcher l’adversaire de réussir. Comme il s’agit d’un jeu réaliste, on commence sa carrière de soldat virtuel en passant plusieurs stages d’entraînement à l’issue desquels on peut enfin en découdre « pour de vrai » en ligne. Au programme vous y trouverez des exercices de tir au M16, au M249 (le successeur du M60) ou encore au lancer de grenade, sans oublier le parcours du combattant. Si vos résultats au tir sont très bons, vous aurez même le droit de passer le brevet de tireur d’élite. Cela vous permettra d’utiliser de nouvelles armes sur le terrain.



La dernière version du jeu (1.7.0) intègre un stage de parachutisme qui permet lorsqu’il est réussit de débloquer les camps d’entraînement de l’Airborne et des Rangers. Bien sûr, chacun de vos résultats est enregistré dans votre dossier militaire et plus vous progresserez, plus vous accéderez à des serveurs intéressants. America’s Army pousse assez loin le réalisme et met en avant le jeu d’équipe. Ici, il faut éviter les « tirs amis » qui nuisent gravement à votre note d’honneur et vous ferment la porte de bon nombre de serveurs. Le jeu est avant tout un simulateur de combat d’infanterie. Si vous foncez tête baissée vous aurez peu de chances de faire long feu. Très vite, vous apprendrez à ramper, progresser avec prudence, observer, utiliser des fumigènes pour masquer vos mouvements et ceux de vos coéquipiers et surtout couvrir les autres joueurs. Dès l’entraînement le réalisme est de mise. On s’en rend compte avec les premiers exercices de tir où le M16 a tendance à partir d’une certaine distance à tirer un peu en haut vers la droite. Pour shooter une cible éloignée, il faut donc viser en bas à gauche ! Quant au sergent instructeur qui vous braille dessus pendant les exercices, n’essayez pas de vous en débarrasser, vous vous retrouveriez directement à croupir dans une cellule d’une prison militaire…

Steel Panthers World At War : le meilleur wargame Seconde Guerre Mondiale



Steel Panthers World At War est signé Matrix Games (www.matrixgames.com). Cette société développe, édite et vend en ligne des wargames plutôt réservés aux accros du genre. Elle s’est fait connaître des passionnés en proposant gratuitement l’ultime version du wargame culte de SSI. Steel Panthers World At War (SPWAW) est un wargame au tour par tour, tactique, fortement inspiré du jeu sur cartes et pions Squad Leader édité autrefois par Avalon Hill. SPWAW propose des scénarios et des campagnes qui couvrent l’intégralité des différents fronts de la Seconde Guerre Mondiale et même la Guerre de Corée. On trouve également sur le net des scénarios concernant les guerres Sino-japonaise et d’Espagne, le jeu bénéficiant d’une communauté de fans assez active. Bref, on peut y recréer n’importe quel conflit entre 1930 et 1949 mettant en scène près d’une trentaine de nations. Dans le jeu, chaque unité motorisée représente un seul véhicule, il en va de même pour les pièces d’artillerie et le support aérien. Les unités d’infanterie vont d’un homme (les snipers ou les observateurs d’artillerie) à une section complète. La carte de jeu est quadrillée en hexagones qui représentent chacun une distance de 50 mètres. Le jeu en est actuellement à la version 7.1 et le fichier pèse 439 Mo. SPWAW est le plus aboutit des Steel Panthers. Le jeu reprend le moteur de Steel Panthers III, l’échelle et le thème du premier volet de la série. SPWAW est donc une adaptation originale qui intègre bon nombre de nouveautés par rapport au premier volet de la série. Ainsi les chaînes de commandement et les liaisons radio entre les unités sont parfaitement gérées.



Par ailleurs le jeu tient compte des différents angles de blindage des véhicules en fonction de la provenance des tirs, des différents types de munitions utilisées et remet l’infanterie au premier plan. Une foule de paramètres permettent de jouer sur le réalisme de la simulation. On peut ainsi doser la force de chaque protagoniste, la capacité des unités à détecter les troupes adverses retranchées, leur niveau de moral, la facilité à rallier des soldats en déroute, etc. Bref chacun peut régler le jeu pour trouver le niveau de difficulté qui lui convient le mieux. SPWAW propose de jouer de simples batailles ou des campagnes historiques enchaînant plusieurs scénarios. Le jeu permet de générer également ses propres campagnes et d’opter par exemple pour une campagne sur toute la durée de la Seconde Guerre Mondiale en choisissant n’importe lequel des protagonistes présents dans le jeu. Dans ce cadre, vous devrez gérer un groupe d’unités que vous garderez de partie en partie et qui gagneront de l’expérience au gré des batailles. Entre chaque scénario vous disposerez de points pour réparer vos unités et améliorer leur équipement en fonction des matériels disponibles à l’époque. Avant chaque nouvel engagement vous pourrez également acheter des unités provisoires pour adapter votre contingent à la nature de la mission à venir : assaut, défense ou progression.

Publié le lundi 16 juin 2003
Les 10 derniers articles