Vendredi 20 Octobre 2017
Les 5 derniers articles
Les 5 derniers articles
Commentaires
Les 5 derniers commentaires
Le temps c’est de l’argent : comment optimiser la performance d’un site web ?
Ce n’est plus un secret, le temps de réponse est une donnée prépondérante qui mènera un site web vers le succès. Conscient des enjeux, Google vient d'annoncer la mise à jour de son navigateur dans le but d'optimiser les temps de chargement des sites web. Expert de la Web Performance, Guillaume Thibaux, fondateur de Quanta Computing, nous livre son analyse.

Chaque année montre une corrélation grandissante entre les temps de chargement d’un site avec son taux de captivité des internautes sur son contenu, qu’il soit rédactionnel ou e-commerce. Dans cette optique, Google a récemment annoncé la mise à jour de son navigateur Chrome, en officialisant sa 61ème version. Cette nouvelle mouture a pour but d’optimiser la navigation ainsi que les temps de chargements sur les sites visités.

Aujourd’hui c’est une course à la rapidité qui est lancée entre les marques, où chaque centaine de millisecondes attendues par page a un impact. Que ce soit sur les taux de conversion, taux de rebonds mais aussi sur le classement établi par le moteur de recherche Google.

Mais Internet étant décentralisé, qui sont les acteurs capables d’agir efficacement sur ces délais si importants aux yeux des marques, s'interroge Guillaume Thibaux ?

" En premier lieu, c’est Google qui est garant de l’expérience de navigation ainsi que des délais de chargement. En ce sens, le géant américain se doit de répondre aux attentes sans cesse renouvelées des utilisateurs. Chose faite avec cette 61ème version du navigateur.

Google qui est depuis toujours extrêmement attaché au sujet de la vitesse et de l’expérience utilisateur, vient de franchir une étape supplémentaire avec la sortie de son nouveau navigateur censé accélérer le surf avec son nouveau module JS.

Concrètement, avec Chrome 61, certains éléments nécessaires au fonctionnement d’un site, en l'occurrence les fichiers Javascript, sont maintenant chargés en parallèle. Avec une nouvelle granularité qui permet au développeur d’optimiser au maximum le temps de chargement de son site
".

Deux phénomènes d’accélérations sont donc à prévoir pour les utilisateurs de cette nouvelle version :
- Le premier, est une mise en cache plus efficace des fichiers Javascript accélérant ainsi la visualisation de la page souhaitée.
- Le second, est une exécution plus rapide du code Javascript une fois téléchargé par le navigateur. Ce qui impactera les délais de chargement des différents modules sur le site.

L’inconvénient de cette approche est qu’elle n’impacte que les utilisateurs du navigateur Google Chrome, qui représente tout de même 60% du trafic mondial. Cependant, elle ne traite absolument pas le sujet de fond qui est : Comment accélérer le Web pour tout le monde ?

" Le sujet de la performance, facteur majeur de différenciation, est donc encore et toujours un sujet qui doit être porté par les marques et autres fournisseurs de contenus.

Parmi les acteurs également à même d’impacter de manière significative ces délais de navigation, se trouvent les opérateurs télécoms. Induit par le fait qu’Internet soit décentralisé, le nombre et la simplicité des échanges des données du site entre les serveurs qui les hébergent et les internautes aura une influence sur ces millisecondes gagnées ou perdues.

Ceux qui se sont intéressés au phénomène du “peering”, soit le raccordement entre opérateurs, savent que pour un même site Internet il est possible d’avoir une expérience utilisateur qualitative depuis un pays mais désastreuse depuis un autre. Pire, d’un opérateur ADSL ou fibre à l’autre, la connectivité vers un même site peut également fluctuer au sein d’un même pays. De quoi donner des cheveux blancs à ceux qui souhaitent maximiser la rapidité de leur site auprès du plus grand nombre d’internautes.

Dans ce cadre, le choix d’un bon hébergeur peut se révéler crucial. Déterminer la qualité du “peering” de celui-ci avec l’ensemble des opérateurs Internet des pays cible permettra d'accélérer la majorité du contenu des sites
".

Dans le cas d’une volonté de bonne expérience utilisateur à l’échelle internationale, l’ajout d’un CDN (Content Delivery Network) devient nécessaire afin d'accélérer la majorité du contenu des sites (images, css, javascript) avec une copie locale de ce contenu dans chaque pays, poursuit le fondateur de Quanta Computing.

Par ailleurs, les acteurs du marketing digital sont, eux, capables d’avoir un impact global sur les visiteurs d’un site. Car quelque soit les fournisseurs d’accès ou navigateurs de leurs internautes, ils restent en capacité de travailler sur les bonnes pratiques de la Web Performance grâce notamment à des solutions dédiées à cette thématique et développées par des startups innovantes.
Les webmasters, équipes marketing ou directions digitales ont la possibilité d’influer directement sur les temps de réponse de leurs sites en effectuant eux même ou via leurs prestataires (agences web, hébergeurs..) des modifications.

Ces optimisations ayant lieu directement “au coeur” du site, souvent dans le code lui-même, vont permettre de créer un véritable avantage concurrentiel pouvant devenir un facteur clé de succès.
Publié le samedi 23 septembre 2017
SQ 250-300
Les 10 derniers articles