Mardi 19 Septembre 2017
Les 5 derniers articles
Les 5 derniers articles
Commentaires
Les 5 derniers commentaires
Moteur caché dans les vélos : La Fédération Française de Triathlon à la pointe de la lutte
La Fédération Française de Triathlon (FFT) est en pointe dans la lutte contre la tricherie. « Moteur caché, aimant, batterie dissimulée dans un cadre... la fédération Française de Triathlon peut détecter toute forme de tricherie mécanique, grâce au nouveau test par résonance magnétique déployé cet été. Nos arbitres formés et qualifiés par l’ITU, l’ont testé avec succès sur l’Embrunman le 15 aout dernier. Fort de ses 250 contrôles, cette démarche a été applaudie par les athlètes et elle sera renouvelée sur d’autres courses régionales et nationales dès cette année. » déclare fiérement Thomas Mantelli, Président de la Commission Nationale d’Arbitrage.

Le contrôle s'effectue au moment du dépôt du matériel dans l'aire de transition. C'est un contrôle statique, avec une tablette qui détecte les champs magnétiques émis par n'importe quel moteur ou batterie, et ce même à l'arret. « L’arbitre qualifié peut contrôler un vélo complet, roues, cadre, groupe et autres composantes en moins d’une minute » précise Thomas Mantelli. Ce type de contrôle officiel peut être complété par une caméra thermique, selon les mesures prises par celle-ci. Et en cas de suspicion, un retour à la tablette de détection peut se faire lors du retour à la transition.

Bien que l’ITU ait mis en place ce contrôle sur les courses internationales, la Fédération Française est la première à l’appliquer sur les courses de niveau national et régional dans le monde du triathlon. Pour le moment, le matériel est mis à disposition par l’ITU. A partir de l'année prochaine, la Fédération investira dans son propre matériel, pour pérenniser son action et renforcer toujours plus son engagement afin de préserver des valeurs du triathlon.
 
Publié le jeudi 31 août 2017
SQ 250-300
Les 10 derniers articles