Mercredi 20 Septembre 2017
Les 5 derniers articles
Les 5 derniers articles
Commentaires
Les 5 derniers commentaires
Un été FilmoTV entre rire et passion
Cet été, les émissions régulières de FilmoTV seront bien au rendez-vous pour accompagner dans leur diversité de thème et de ton, la déferlante des nouveaux films sélectionnés, choisis, voulus et choyés…Toujours dans un souci de découverte, FilmoTV propose à ses abonnés une sélection de moments de cinéma présentés avec passion et enthousiasme par les chroniqueurs de la plateforme de tous les cinémas.
Gratuites et disponibles, les émissions sont à retrouver sur FilmoMag !

Sacha Guitry passe au Salon
On n’en finit plus de découvrir et redécouvrir Guitry, l’homme aux 124 pièces et surtout, pour ce qui concerne FilmoTV, aux 36 films. Commentaires et anecdotes bienvenus de la part des animateurs de cette nouvelle édition du Salon (Denis Parent, Charles Nemes, Didier Philippe-Gérard) pour évoquer un nom certes, mais aussi 11 moments de cinéma emblématiques et inimitables. Signés Guitry bien sûr !


Avec au fur et à mesure des années…
. Le nouveau testament (1936)
. Le roman d’un tricheur (1936)
. Mon père avait raison (1936)
. Faisons un rêve (1936)
. . Le mot de Cambronne (1937)
. Aux deux colombes (1949)
. Désiré (1937)
. Les perles de la couronne (1937)
. Quadrille (1938)
. Remontons les Champs Elysées (1938
. La poison (1951).


Les actrices italiennes en 2 actes
Elles méritent bien une saga en deux épisodes tant les actrices italiennes ne cessent de fasciner. Laurent Bourdon aux commandes, il se charge de les faire revivre cet été, en deux temps et six mouvements. Au programme, Anna Magnani (la « Magnifique » !), Alida Valli (la fiancée de l’Italie), Monica Vitti (celle d’Antonioni mais pas seulement), Sophia Loren (Napolitaine ! dira-t-elle), Claudia Cardinale (la plus belle italienne de Tunis où elle est a grandi) et Ornella Mutti (la benjamine de la troupe).


1er acte
. Larmes de joie de Mario Monicelli (1962)
. Le cri de Michelangelo Antonioni (1958)
. Super témoin de Franco Giraldi (1971)
. Une fille formidable de Mauro Bolognini (1953)
. Certes, certainement de Marcello Fondato (1969)
. Dernier amour de Dino Risi (1978).

Premier volet du festival à retrouver sur Légendes dans le Pass Illimité !



 Sans oublier, à venir le 2ème acte à compter du 1er août
. 5 marines per 100 ragazze de Mario Mattoli (1961
. Achtung ! Banditi ! de Carlo Lizzani (1951)
. Mademoiselle la présidente de Pietro Germi (1953)
. Ma femme est violon de Pasquale Festa Campanile (1971)
. Film d’amour et d’anarchie de Lina Wermuler (1973)
. La carrière d’une femme de chambre de Dino Risi (1976).


Planète sexy #8
Et de huit ! Huit tours du monde de la polissonnerie érudite et de l’érotisme gentil. Ces 90 minutes sans frontières en compagnie de Christophe Bier, Didier Philippe-Gérard et Christophe Lemaire le démontreront. Au programme, quelques curiosités véritables, des Hell’s angels suisses et Nico, celle du Velvet Underground, découvrant les mérites de l’effeuillage professionnel avec Gainsbourg au piano !


Au programme
. Greta la tortionnaire de Jesus Franco (1977)
. Ich, ein groupie de Erwin C. Dietrich et Jack Hill (1970)
. Lesbian vampire killers de Philip Claydon (2009)

. L’immorale de Claude Mulot (1980)
. The little death de Josh Lawson (2014)
. Porky’s de Bob Clark (1981)
. Senso 45 de Tinto Brass (2002)
. Striptease de Jacques Poitrenaud (1996).

Les comédies navrantes #4
Le cinéma français, on le sait, a su parfois proposer, des comédies qui faute de toujours passer dans l’histoire, se sont singularisées par leur ton, leur nonchalance, voir leur audace à s’abstraire de certaines règles dramaturgiques classiques. A l’occasion de cette quatrième livraison, Christophe Bier présente sept longs métrages français dont l’orthodoxie n’est pas la vertu première. Il les classera de 1 à 5 (très navrant) ainsi qu’il nous en a fait prendre l’habitude.
Au menu :
. Les malabars sont au parfum de Guy Lefranc (1966) avec Roger Pierre et Jean-Marc Thibaut dans une parodie de film d’espionnage avec Francis Blanche en espion soviétique
. Les gros bras de Francis Rigaud (1964), encore Roger Pierre et Jean-Marc Thibaut dans une sorte de huis-clos policier mâtiné de boulevard.
. Un martien à Paris de Jean-Daniel Daninos (1961) avec Darry Cowl qui campe l’agent martien 00407 dans une chronique plus proche de Candide que d’HG Wells
. La grande récré de Claude Pierson (1976) avec les frères Préboist. Un film d’enfants sur fond de spéculation immobilière en plein cœur de Montmartre.
. Salut la puce de Richard Balducci (1983) Jean Lefebvre dans le rôle d’un marinier, y joue de la trompette.
. Le trouble-fesses de Raoul Foulon (1976) avec Bernadette Lafont, Maurice Risch et Michel Galabru. Vaudeville proposant une vision peu documentée du monde de l’entreprise. Quoique…
. Si tu vas à Rio…tu meurs de et avec Philippe Clair (1987) et Aldo Maccione la suite de Plus beau que moi tu meurs, qui comme l’indique le titre, se déroule à…
Publié le lundi 17 juillet 2017
SQ 250-300
Les 10 derniers articles