Vendredi 21 Juillet 2017
Les 5 derniers articles
Les 5 derniers articles
Commentaires
Les 5 derniers commentaires
GE Capital migre ses applications mainframe vers une plateforme Unix avec OpenFrame de TmaxSoft
GE Capital, l'unité en charge des services financiers du groupe General Electrics, a choisi la solution OpenFrame de TmaxSoft pour la migration de l'ensemble de ses applications mainframe vers une plateforme Unix hautes performances. L'objectif étant de gagner en fiabilité et de pérenniser ses investissements. 

Pour gérer son activité, GE Capital a conçu en 1987 des applications de gestion de portefeuille (PMS) sur une architecture mainframe, prévues pour 20 000 comptes. Vingt ans plus tard et quelques 5 millions de comptes plus tard, le système PMS doit gérer 382 interfaces, 1 700 utilisateurs simultanés, 3,5 millions de transactions par jour et 71 millions de lignes de code. Il s'agit donc d'un système critique. S'il tombe, plus aucune activité n'est possible au sein de GE Capital.

GE Capital a donc décidé de moderniser son infrastructure et de migrer ses applications mainframe. Et c'est au travers d'un POC, avec l'aide de Modern Systems, que l'entreprise a découvert TmaxSoft et sa plateforme OpenFrame, conçue pour le replatforming des applications mainframe, sans obligation de redéveloppement ou de modification profonde des applications. « Le POC n'a duré qu'un mois, se souvient Marc Rubel, Directeur exécutif des études, GE Capital. Nous avons migré une quantité limitée mais représentative de code afin d'analyser finement le comportement d'OpenFrame au niveau compilation, compatibilité, exécution des applications et tests ». 

En 12 mois seulement, la modernisation de toute la suite d'applications PMS de GE Capital a été conduite et finalisée. Le système de 71 millions de lignes de code, réduit à 16 millions, est passé d'un environnement mainframe traditionnel à un environnement Unix moderne et ouvert, à hautes performances.

D'après les tests effectués, le coût de fonctionnement annuel du système PMS et les applications connexes a diminué de 66 %. Le temps de reprise d'activité après incident sur le nouveau système PMS a également diminué de 240 % et l'empreinte globale de l'application est réduite de 78 %. "En conservant les interfaces utilisateurs, mêmes les usagers les expérimentés ne s'aperçoivent pas qu'ils travaillent sur un nouvel environnement, indique Marc Rubel. À la différence près qu'ils utilisent désormais un système plus fiable et moins onéreux".


Publié le lundi 10 juillet 2017
SQ 250-300
Les 10 derniers articles